Agression dans l’Est de la RDC par le M23 et le Rwanda : Le Parlement Européen engage la communauté internationale autour de 4 actions en faveur des femmes et filles du Nord-Kivu

Partager ce contenu via

La situation sécuritaire qui prévaut au Nord-Kivu et en Ituri a, une fois de plus, poussé le Parlement Européen non seulement à s’y pencher, mais aussi et surtout à prendre une nouvelle Résolution concernant la République Démocratique du Congo.

Intitulée « Résolution du Parlement européen du 24 novembre 2022 sur le déplacement forcé des populations à la suite de l’escalade du conflit dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) (2022/2957(RSP)) », on peut y lire une prise de position un peu plus claire sur la situation des femmes et jeunes filles.

D’abord, en termes de motivation, le Parlement des 27 note que depuis le 20 octobre 2022, « 183.000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été déplacées selon les estimations, ce qui porte le total à plus de 232.000 civils dans l’Est du pays ».

Ensuite, le Parlement Européen “exprime sa profonde inquiétude face à l’ensemble des menaces et des violations des droits de l’homme subies par les femmes et les filles lors des conflits armés, et reconnaît que les femmes et les filles sont particulièrement menacées, car elles sont souvent spécifiquement prises pour cibles et sont davantage exposées à la violence dans les situations de conflit et d’après-conflit, ce qui les empêche de participer aux processus de paix”.

Non seulement il s’inquiète face à l’ensemble des menaces et des violations des droits de l’homme subies par les femmes et les filles, le Parlement Européen demande instamment à la communauté internationale de redoubler d’efforts pour éradiquer le fléau des violences sexuelles et sexistes dans l’Est de la RDCongo, de protéger les victimes, de mettre un terme à l’impunité des auteurs des violences et de garantir aux survivants l’accès à la justice, à des réparations et à des voies des recours; quatre actions importantes dont les organisations de défense des droits de l’homme en général et des droits des femmes en particulier devraient se saisir pour engager des plaidoyers auprès de l’Union Européenne pour obtenir des actions concrètes en rapport avec les quatre recommandations contenues dans la Résolution 2022/2957(RSP de ce 24 novembre 2022.

Elfie-Esther Nkishi/Radio de la Femme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 19 =


error: Content is protected !!
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE